in

Toyota et son histoire de la concurrence. Une journée passionnante de reportage en Belgique

© Bart Spijker

L'alarme sonne tôt. Il est cinq heures et quart et je saute immédiatement du lit. La joie enfantine et le café de l'aube du matin ont de l'or dans la bouche. De l'or belge, car l'adepte Toyota Ron Moës s'est approché de ses contacts flamands et a arrangé un bijou de reportage. À Dendermonde, en Belgique, nous remontons aux premières années de l'histoire des rallyes de Toyota. Benny Heuvinck, Tony de Wolf, Claude Holvoet et Ron nous guident à travers cette belle histoire. Et ils ne ratent pas un seul tour. 


La distance entre Leeuwarden et Wolvega est un jeu d'enfant. À Van der Valk, j'entre dans le Qashqai avec le photographe Bart Spijker. La première étape est le parking du Burger King sur l'A27 près de Houten, où Ron Moës avec son impressionnant Hi-Lux vous attendra. Se voir un instant n'a jamais été fait auparavant, les contacts étaient principalement numériques. Nous conduisons de là à Termonde.

Après quelques heures, nous y sommes et les passionnés flamands de Toyota nous reçoivent chez le concessionnaire Toyota Holvoet. Benny et Tony ont apporté leurs répliques de rallye Corolla étonnantes et correctes à 200%. La réplique du TE-27 Levin de Benny est magnifique, la Corolla Wide Body de Tony construite à partir de zéro avec un moteur 3SG-E et 204 CV. Ils scintillent au soleil et vous coupent le souffle. Cela s'applique également à la collection dans le bâtiment Holvoet. De retour au passé de Toyota, des goûts sucrés, voici les rois japonais des années XNUMX, XNUMX et XNUMX. Le phénoménal RT55 1600 GT et son successeur racontent à quoi ressemblait la sportivité chez Toyota, ainsi que plusieurs Celica en version course le font. Le banquet.

Des blocs Twin-Cam historiques se déplient. «Vous ne voyez certaines choses qu'une seule fois dans votre vie», dit Ron alors que nous considérons un bloc 4T-GTE en construction. Seule une poignée a été construite pour l'homologation. Le RA29 importé d'Amérique est également quelque chose de spécial. Il s'agit de la version Celica Liftback de 2190 cm2.2. Toyota l'a construit exclusivement pour les États-Unis et le Canada et a obtenu le moteur 20 litres 4R. En attendant Benny Heuvinck me chuchote que j'ai aussi quelques choses à dire à Claude. Et c'est beaucoup, surtout dans la perspective d'aujourd'hui, Claude est un grand gentleman Toyota, qui, d'ailleurs, conduit très modestement une Yaris D-XNUMXD.

L'heure de l'interview, dans une chronique japonaise, nous nous dirigeons vers 't Ateljeeken, près de l'Escaut. C'est à la flamande, une terrasse dans le merveilleux air de la fin de l'été dégage des ambiances bourguignonnes et nous y participons. Surveillez la digue de la restauration conviviale les deux Benny et Tony et les Toyotas ne cachent jamais leurs aspirations. Têtu, puissamment bâti, charismatique. Comme s'ils avaient hâte de manger le prochain rallye historique du WRC.

Une heure de déjeuner est presque impossible en Belgique, car elle est trop courte. Ici, nous dînons longtemps avec videur, café, spaghetti, Leffe et autres rafraîchissements. Et avec les hommes de Toyota, qui partagent un tas de connaissances. Ce n'est que la pointe de l'iceberg. La scène se déroule agréablement dans le lieu, où la belle entreprise révèle les racines belges importantes du sage rallye de Toyota.

Ove Andersson passe souvent, un grand. Il a conduit lui-même et a été l'homme derrière les succès pendant des décennies plus tard. Et le chemin pour y arriver. Nous entendons les rires du passé. Parce qu'il y a beaucoup d'anecdotes. Des histoires sur la période avant et d'Andersson Motorsport, suivies par Histoire de TTE. Non, je ne dis rien maintenant, sauf que la Belgique y était un fil rouge vif. Dans un avenir prévisible, nous révélerons tout dans le magazine.

Ce rapport s'inscrit dans la liste personnelle des joyaux de la couronne. Merci aux Toyotas de l'époque où ils n'étaient pas si longtemps en Europe. Et certainement aussi grâce aux aimables hôtes à la table. J'ai eu des doutes sur la Belgique. Parce que tout le monde sourit. Henk et Henk me le chuchotent invisiblement, je me sens chez moi en Flandre. Dans un mélange de langage doux et d'Utrecht terre-à-terre, les histoires continuent à venir, enthousiastes mais modestes. La modestie, que tout fan de Toyota devrait rejeter. Parce que Toyota a un héritage dont il faut être fier. Et il est temps pour cela non seulement d'être reconnu, mais aussi d'être reconnu. Nous sommes tout à fait d'accord à la table.

Il est temps pour les photos, je continue à conduire tirer un van Bart et Benny Heuvinck dans sa Corolla, la copie exacte du TE-27 Levin avec lequel Ove Andersson et Arne Hertz ont conduit le rallye RAC 1974. La Corolla ne s'est réunie qu'une seule fois dans cette tenue. Toyota gourou du rallye Benny Heuvinck l'a copié, jusque dans les moindres détails. Je suis maintenant sous le toit signé par Andersson. Les ceintures de sécurité ne sont pas nécessaires, car les compétences de conduite magistrales de Benny et la puissance rapide du puissant moteur 1.8 de cette Toyota littéralement unique pince dans les baignoires.

175 chevaux se frayent un chemin, l'éthique de travail est bonne. Et toute la technologie est audible. C'est un vrai travail de spécification de rallye. Coups courts, accélérez rapidement, la rigidité élevée et le bruit du moteur non filtré procurent de l'excitation. Et cela revient une fois de plus plus tard - sur une route pavée près de Termonde. Boom. Boom. Tony de Wolf et Benny Heuvinck tonnent sur les pavés avec leurs belles Corollas, un spectacle cool. Les photos de Bart, elles sont haut, c'était le jour aussi. Les impressions trouvent lentement leur chemin, Bart et moi retrouvons notre chemin vers le nord des Pays-Bas en paix. Dernier peut être beau, très beau.

Toyota prend Le Mans et le lendemain du fantastique reportage en Flandre Rallye WRC de Turquie. Fascinant de constater qu'un jour plus tôt, j'ai pu être très proche de la genèse de cette suprématie. Et a donné des impressions qui m'ont tenu éveillé pendant longtemps. 23 heures après le déclenchement du réveil à Leeuwarden, je me couche enfin. C'était un tel jour. A suivre Et comment!

Un grand merci à Ron Moës, Benny Heuvinck, Tony de Wolf, Claude Holvoet et Bart Spijker


Aimez-vous ce que nous écrivons? Cet article - comme tout ce que vous lisez ici - vous a été présenté gratuitement. Nous ne voulons pas et ne voulons pas faire d'articles haut de gamme. Mais nous pouvons utiliser votre aide pour cela. Abonnez-vous donc à Auto Motor Klassiek. Vous recevrez également chaque mois un AMK dans votre boîte aux lettres. Vous pouvez le faire via le lien ci-dessus. Ou faites un don du montant souhaité via notre page de paiement, via ce lien et mentionnez le don dans la description. Aidez-nous à garder les articles quotidiens gratuits.


 

6 Commentaires

Laissez un commentaire
  1. A chaque fois que je visite le garage Holvoet, je suis curieux de savoir quels anciens Dominique va redonner une nouvelle vie.Joli reportage avec ces super hommes !!!

Laisser un commentaire

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

Ford Escort RS 1600 Turbo

Ford Escort RS 1600 Turbo (1985). Le créateur de goût de Jakob Hazenberg 

Rétrogradation. Parce que parfois moins c'est plus