in

Opel Diplomat A Coupé. Un Gran Turismo de Rüsselsheim

Opel Diplomat A V8 Coupé 1965 1967 avant gauche 2008 07 17 U

Bienvenue à bord. L'immense porte se referme avec un bruit sourd rassurant. Vous êtes assis sur des sièges merveilleusement doux et recouverts de cuir. Tout autour de vous, c'est du chrome et du placage de bois. Tout est magnifiquement et avec goût fini. Les grandes fenêtres sont toutes en forme de dôme et ont une teinte verte douce. Le magnifique volant bicolore est doté d'un anneau de klaxon chromé. Le compteur de vitesse allongé va jusqu'à 250 kilomètres par heure.


Lorsque vous tournez la clé de contact, au loin, sous le capot long d'un mètre, le robuste V8 prend vie. Un doux bourdonnement des deux échappements et les mains mobiles sur le tableau de bord indiquent que le moteur tourne.

Vous mettez le levier sélecteur en D et accélérez. Avec un petit grincement des pneus arrière, la lourde voiture s'élance vers l'avant. Le capot se soulève de quelques centimètres et vous êtes fermement enfoncé dans votre siège. Au bout de neuf secondes, le compteur atteint 100 km/h et passe au deuxième rapport, immédiatement le plus élevé.

Vous êtes dans le plus gros flop qu'Opel ait jamais fait.

opel diplomate v8 coupé 6

Les trois grands d'Opel

Nous sommes en 1964. Jusque-là, l'Opel Kapitän avait toujours été le fleuron des modèles d'après-guerre, et avec l'énorme succès du Kapitän P2 - le six cylindres le plus réussi d'Europe - la direction a décidé de moderniser la ligne de luxe. un peu plus en tirant. Après tout, il y avait un Wirtschaftswunder en Allemagne ! Le pays, qui avait été complètement bombardé vingt ans plus tôt, s'était reconstruit à la vitesse de l'éclair, la pauvreté avait presque été vaincue, la nourriture n'était plus sur la facture et chaque année les choses allaient de mieux en mieux. Toujours mieux! Le Kapitän devient alors le modèle d'entrée de gamme du « Big Three d'Opel » : au-dessus se trouvent l'Amiral et le Diplomat. La série KAD-A a fait ses débuts en 1964 et a reçu un accueil chaleureux de la presse. Quel beau modèle, quel espace, quel confort !

Opel avait été autorisé à faire beaucoup de shopping à Detroit, son propre département de design avait les mains pleines en 1964 pour développer les huit corps de la B-Kadett et le tout nouveau Rekord C. C'est pourquoi les nouveaux triplés avaient une base américaine : la Chevrolet Chevy II 'Nova' de 1962, une voiture alors très moderne, successeur de la Monza, avec moteur arrière. Avec cette «plate-forme GM X», l'Opel a obtenu un corps de cinq mètres de long qui était aussi élégant qu'un réfrigérateur Frigidaire, qui était également un produit GM. Le modèle haut de gamme était le Diplomat 4,7 V8, conçu comme une alternative à la Mercedes 300SE / SEL.

Le coupé

En 1966, le Diplomat Coupé est apparu. Il y avait aussi quelques coupés du prédécesseur Kapitän P2 fabriqués par la société Autenrieth, mais il était maintenant temps pour une voiture de tourisme à deux portes vraiment super luxueuse basée sur la Diplomat. Opel a défini des exigences particulières pour cela. Afin de se déplacer dans le segment supérieur, ce scion devait offrir l'indulgence ultime, avec encore plus de bois, une banquette arrière divisée avec des sièges baquets, un effet hardtop grâce à un montant B ouvrant (très agréable en combinaison avec un toit en vinyle), des vitres résistantes au soleil et un moteur réglé. Ce moteur était le V283 à petit bloc General Motors 4,7 (8 litres) régulier. Dans le Coupé, avec quelques chatouillements, il délivrait 230 ch et une vitesse de pointe d'un peu plus de 200 km/h. Et Opel, par souci de concurrence, avait exigé que leur Coupé puisse rouler à une vitesse de croisière de 200 km/h.

1965 Opel Diplomat V8 Coupé 6

Querelle avec Détroit

Et il ne pouvait pas. Sur la piste d'essai de Dudenhofen et sur l'autoroute, le 283 V8 a été conduit jour après jour avec un coup de gaz à fond et est mort. De graves problèmes thermiques, des parois de cylindres usées et des soupapes brûlées étaient son lot. Les Allemands étaient « Nicht Zufrieden » pour ne pas dire « schwer enttäuscht ». Et les Américains en étaient furieux. C'était l'un des meilleurs moteurs au monde, ils l'ont trouvé à Detroit. C'était le moteur Checker intégré aux taxis qui parcourait jusqu'à un demi-million de kilomètres jour après jour dans la circulation urbaine dense sans tomber en panne. Le petit bloc GM était et est proverbialement fiable et solide.

Mais l'Opel Diplomat Coupé n'était tout simplement pas un taxi urbain. Ni une voiture familiale américaine qui n'allait jamais plus vite que 55 mph. Par conséquent, après une longue lutte acharnée, la version de compétition du V327 5,4 (8 l) est devenue disponible, qui a reçu une puissance nettement inférieure en Allemagne pour éviter les problèmes thermiques sur l'autoroute. Un moteur avec des parois de cylindres chromées dures et des culasses plus lourdes, couplé à une transmission automatique à deux vitesses Powerglide. En bref : le Diplomat Coupé a embarqué la technologie de la Chevrolet Corvette.

De la mauvaise famille

L'Opel Diplomat Coupé est entrée en production à l'été 1966 chez Karmann à Stuttgart. Le moteur modifié avait 270 chevaux à bord. La vitesse de pointe était de 210 km/h. Le prix était de 25.500 300 DM. Un montant pour lequel le client pourrait également acheter une Mercedes XNUMXSC. Ce que le client a fait rapidement.

Qu'est-ce qui n'allait pas avec l'Opel ? Eh bien, rien de vraiment. Maintenant, nous pensons que c'est une voiture très cool et élégante avec des éléments de style typiques des années 60 tels que les lignes nettes, le chrome riche et l'intérieur «moderne du milieu du siècle». Techniquement, il y avait aussi peu à critiquer. Mais c'était clairement un Américain. La tenue de route n'était pas sportive ni même européenne, mais douce, onctueuse et surtout confortable. Agréable et tranchante dans les virages à grande vitesse, cette Opel n'aimait pas ça avec son essieu arrière rigide et ses ressorts à lames. Les dimensions énormes étaient également purement américaines. Il ne rentrait pas ou à peine dans les parkings et garages allemands. De plus, une consommation de carburant de 20 litres aux 100 kilomètres. 1:5. Super essence. À plein régime, il y avait un tourbillon dans le réservoir.

Avec le Diplomat Coupé, Opel a appris la leçon « le cordonnier s'en tient au dernier ». Les gens qui avaient l'argent et l'ambition d'acheter un Gran Turismo coûteux préféreraient voir une étoile ou un léopard sautant sur le capot qu'un blitz. La force d'Opel réside dans la fabrication de nombreux chevaux de trait abordables et de haute qualité. Les riches le méprisaient : Opel ne faisait pas partie de la famille.

Après 347 exemplaires produits, Opel a débranché en 1968. L'ensemble du projet Coupé n'avait coûté que de l'argent. La série KAD B introduite en 1969 ne serait plus fabriquée en tant que coupé. Ce qui a donné à l'importateur automobile suisse Erich Bitter l'opportunité de développer son propre Coupé Diplomat, qui a vu le jour en 1974 sous le nom de Bitter CD. Cette série B a obtenu un châssis raffiné, une carrosserie légèrement rétrécie et le petit bloc standard de 5,4 litres ou le six cylindres de 2,8 litres CIH. Le Powerglide a disparu dans le musée et a été remplacé par un Turbo-Hydramatic à trois transmissions. La série B était sans aucun doute la meilleure voiture. Mais sans le charme du Diplomat Coupé.

L'Opel d'après-guerre la plus chère

Superbe, vraiment exclusif, merveilleux pour naviguer, techniquement indestructible et un objet d'investissement solide. De nombreuses bonnes qualités pour un classique sont réunies dans cette voiture. Environ la moitié des 347 Coupés existent encore. Peut-être soixante d'entre eux sont en très bon état ou en état neuf, comme la copie du musée de l'usine que la direction d'Opel a utilisée pendant des années à l'occasion.

Une bonne Rolls-Royce Silver Cloud de ces années-là est maintenant moins chère. Sans 100.000 XNUMX euros en poche, vous pouvez oublier toute conduite Diplomat Coupé. Pour un bon et bel exemplaire, les prix dépendent de l'humeur ou du degré d'imprudence des riches investisseurs lors d'enchères exclusives. Et donc cette Opel a toujours atteint le groupe cible visé.


S'il vous plaît, aidez-nous à garder ce site Web et les articles proposés gratuitement. Abonnez-vous Auto Motor Klassiek et recevez également le magazine 12 fois par an par la poste. Ou alors faire un don du montant souhaité sur notre page de paiement via ce lien. Nous en sommes certainement reconnaissants.


Cher amant classique

Profitez d'histoires quotidiennes gratuites sur les voitures anciennes dans votre e-mail et inscrivez-vous gratuitement. 


 

5 Commentaires

Laissez un commentaire
  1. J'ai eu mon permis de conduire dans un commodore OPEL. une boîte d'une voiture, mais une belle avec un boîtier de direction. tourner en arrière avec des épingles dans le caoutchouc inversé pour aider à faire demi-tour.
    faire marche arrière n'est plus possible, car vous avez alors immédiatement un chauffeur Audi haletant dans votre valise.
    ceux où les jours, en soie, doux, six cylindres. soupir. 1967.

  2. oui avec un tel v8 américain il ne faut jamais rouler à plein régime sauf peut-être pour rattraper son retard. Je ne conduis rien d'autre depuis 45 ans et je ne veux pas. Parce qu'alors je serai aussi un type MB, BMW ou Audi, je ne serai pas vu ! Même le HD 74 ne veut pas rouler à plein régime, alors ils cassent aussi vite qu'un V8. Tu étais prévenu.

  3. Un de mes amis conduisait une Chevelle à l'époque, en ce qui me concerne le modèle d'origine sur lequel l'Opel Coupé a été construit. La blague était que la Chevelle était considérablement moins chère et des années plus tard, elle roulait encore sur les routes néerlandaises.

    Une fois, j'ai conduit un Diplomat V8. Cela devait être dans les années 70. Expérience : super ! Bien que les Admirals 6 cylindres aient également très bien roulé. Soit dit en passant, ils ont été conduits à Arnhem comme un taxi avec un appareil à gouverner. De vrais petits américains.

    PS Olav, vous écrivez bien, mais nous le savions déjà. Bravo pour vos connaissances !

  4. Après les deux chocs pétroliers des années 70, les ventes des « trois grands » ont chuté assez rapidement, car elles n'étaient pas rentables. En 1978, le dernier mastodonte a quitté l'usine pour être remplacé par le sénateur et Monza.

    C'étaient en effet des voitures de très haute qualité.

    Mais même en 1980, vous n'êtes pas tombé sur un Diplomat Coupé. Moi-même, je n'en ai vu qu'un dans ma vie, lors d'un grand meeting Opel vers 1985. J'en suis tombé amoureux tout de suite et ça n'a pas disparu.

  5. A la fin des années 80 je les voyais régulièrement en Belgique (principalement le modèle Admiral B) pour moins de 10.000 Bfr (250 euros). Il s'agissait principalement de voitures (en bon état) qui étaient échangées avec une autre marque et ne pouvaient donc plus être portées sur les pavés, même si une Admiral/Diplomat était de meilleure qualité et moins sensible à la rouille que Mercedes et BMW. Le fait que je n'avais pas d'endroit pour les ranger à l'époque m'a toujours empêché de faire un achat. Par exemple, en 1987 j'ai laissé une Chevrolet Impala 1959 sans rouille pour 250 euros et en 1993 j'ai laissé une Chevrolet Bel air 1957 pour 3500,- et une très belle Ford Zodiak 1960 pour 3000 euros (1998).
    Je regrette toujours de les avoir tous quittés à l'époque, mais oui, le bon sens vient avec l'âge et en Belgique, c'était du vieux fer à l'époque.
    J'ai acheté une Ford Capri 1997 V2.0 en 6 à une foire à Gand à l'état neuf avec 18.000 1800 km pour 280, - (c'est toujours approuvé par le CT)) C'était à côté d'une Datsun XNUMX pour le même prix.
    D'autres fois!

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

P1120489

Les plats à emporter chinois, partie 2 – chronique

Yamaha FJ1200

Yamaha FJ 1200. Une centrale électrique pas chère