in

CG. Petite course de voitures de sport, grande influence

En 1966, une voiture de sport française spéciale est née. C'est le CG A1000, qui a le statut de carrossier Carrosserie Chappe Frères et Gessalin comme l'a confirmé le constructeur automobile. L'entreprise a été fondée en 1932. Après la Seconde Guerre mondiale, les Français se sont de plus en plus concentrés sur la fabrication de carrosseries en polyester renforcé d'aluminium et de fibre de verre et sur l'assemblage de voitures. En raison de la perte d'un certain nombre de clients, l'entreprise a versé ses ambitions dans un autre navire: construire des voitures de sport françaises légères basées sur la technologie Simca.


Construit après la Seconde Guerre mondiale CG carrosseries pour camions Delahaye et pour Talbot. À partir des années 106, le carrossier travaille sur des versions sportives spéciales Renault. Au fil du temps, une forte collaboration avec Jean Rédèle s'est développée. Entre autres choses, l'A108 en est sorti. Il a été construit près de Chappe et Gessalin tout comme la dernière A110. Néanmoins, Rédèle a fait des pas vers l'indépendance, et finalement Alpine est devenue une marque indépendante, qui a continué à construire des voitures de sport légères sous la direction de Renault. Le légendaire AXNUMX en fait partie.

Poussez vers une marque de voiture de sport indépendante

CG a également construit des carrosseries pour Deutsch Bonnet, ce qui a abouti à 200 exemplaires du CD Panhard. Pourtant, cette collaboration a également pris fin. René Bonnet et Charles Deutsch se séparent, sont initialement restés client de CG. René Bonnet a engagé CG dans le développement du corps Djet. Néanmoins, la collaboration a pris fin lorsque Matra a acquis une participation majoritaire dans l'entreprise de René Bonnet. À cette époque, la direction de CG prévoyait déjà soigneusement de devenir un constructeur automobile indépendant. Ils n'étaient pas aveugles aux développements d'Alpine. Et à Brie-Comte-Robert, où CG se trouvait depuis 1960, la direction a obtenu le dernier coup de pouce de Simca, qui avait hâte de laisser une place au jeune Alpine.

A1000, une belle araignée

Un modèle de test basé sur les pièces d'une ancienne Simca 1000 a été construit. Finalement, une voiture de sport légère avec une carrosserie en polyester renforcé de fibre de verre a été créée. C'était l'A1000, qui a fait ses débuts au Salon de Paris de 1966. C'était l'araignée sur un châssis conçu par CG et les influences Simca. Incidemment, un toit rigide est rapidement devenu disponible pour le Spider. Le moteur du débutant CG provenait de la Simca 1000 et était couplé à une construction de boîte-pont. La puissance était qualifiée de modeste avec 40 CV. Le sport a suivi plus tard. C'était une version simplifiée, qui a également traversé la vie en tant que coupé. Les deux modèles ont été retirés en 1968, les remplaçant par le CG 1000 S et étaient disponibles en coupé et cabriolet. Ils ont été construits jusqu'en 1969 et ont reçu le moteur de 1118 cm49, qui générait XNUMX CV.

B1200

Pendant ce temps, CG a sorti un autre modèle en 1968. C'était le CG B1200. Ce modèle était proposé en tant que Coupé et Spider 1200 S. Le moteur de 1204 cm1200 provenait du coupé Simca 80 S et produisait 1000 CV. Comme pour les versions XNUMX, les performances ont été freinées par quatre freins à disque tout autour. Cependant, l'installation avait maintenant un servo et très agréable: le circuit était séparé. La direction à crémaillère a remplacé l'ancien système Gemmer. CG a également installé des barres anti-roulis avant et arrière.

Version spéciale: le 548

Le CG B1200 a également un nouvel essieu arrière flexible, permettant une configuration de carrossage négatif. Il convient également de noter le placement de deux amortisseurs de chaque côté à l'arrière. En 1970, la série a un moteur légèrement plus puissant. Le déplacement était le même, la puissance augmentée de 4 CV et la vitesse de pointe augmentée de 185 à 190 kilomètres par heure. La version 548 (nommée d'après le poids) était spéciale, avec par exemple un fond en aluminium et un corps plus mince. La puissance du 548 pourrait atteindre près de 120 CV.

Le dernier: le C1300

La dernière voiture de sport CG était la C1300, qui a succédé à la série 1972 en 1200. La 1300 n'était disponible qu'en coupé, avec un avant plus bas et une section arrière modifiée. La technologie est issue de la Simca Rallye 2: le moteur était le moteur de 1.294 cm80 de ce modèle. Initialement avec 95 CV, plus tard la puissance est passée à 5 CV: c'était la version 5 CV (ou 200 CV). Des vitesses de près de 1300 kilomètres par heure étaient réalisables avec ces chariots légers. Le CG C1974 a été construit jusqu'en XNUMX. Après cela est devenu l'usine en faillite fermé.

Petite édition, grande influence

La fin de CG ne peut être séparée du fait que Chrysler a pointé ses flèches sur Matra, et a désigné la Bagheera comme le successeur de la Simca 1200 S Bertone. De plus, le sport automobile était un pilier important pour CG, et le gouvernement français a décidé d'interdire le sport automobile pendant un an en raison de la crise pétrolière. Cela comptait également. Pour le petit CG (les A1000, B1200 et C1300 étaient bons pour une production totale d'environ 400 unités), il n'y avait plus de place dans les ambitions sportives de l'entreprise Chrysler. L'entreprise a cessé d'exister. Mais ce qui restait était un bel héritage de Chappe et Gessalin: l'influence sur la construction de petites voitures de sport légères.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

Allumage électronique et éclairage LED

Martaré

Martaré est de retour!