in

Motos françaises

Motos françaises

On pense alors à une moto légère avec un homme avec un alpinopet et une baguette. Ce n'est pas entièrement justifié. Parce qu’entre 1900 et 1950, l’industrie française de la moto était tout à fait quelque chose. Les motos françaises ont même exporté vers… Japon


Et puis on parle de marques qui ont souvent disparu dans la nuit des temps. Bien que: certains noms de marque sont restés bloqués. Alycon, Austral, Jonghi, Werner, Clément, Griffon, Peugeot, Terrot, Monet & Goyon, Gnôme & Rhône, Dresch et Dollar. Et en effet, la majeure partie de la production française de motos était destinée à fabriquer des transports motorisés pour les masses: des motos légères et simples.

Mais des marques comme Gnôme & Rhône et René Gillet ont fait des jumeaux lourds et chers. Ce sont et sont les meilleurs parmi les motos françaises, mais techniquement de très belles machines de 500 cmXNUMX ont également été fabriquées.

Une année de catastrophe

1959 a été globalement l’année la plus difficile pour les constructeurs de motos car la bourgeoisie avait assez d’argent pour acheter une voiture. Et même le fait que l'abréviation de marque "becane" était la désignation commune pour toutes les marques de motos (toutes les motos en Indonésie s'appellent "Hondas") ne l'a pas sauvé. De la très riche gamme de motos françaises, seuls Motobécane et Peugeot sont restés.

Le dernier réveil

Un des points forts absolu était, dans 1973, le Motobécane à deux temps 350 cc à trois cylindres (plus tard, apparemment, des unités 12 à injection de carburant). Les machines 1973 cc ont été fabriquées entre 1976-779 350. Ils auraient dû rivaliser avec le trois cylindres Kawasaki. Quelques-uns doivent également être fabriqués avec la version 500 cc. Qui sait peut le dire.

Totalement sans valeur

Dans les années 80 et 90 du siècle dernier, ces motos françaises n’avaient aucune valeur sur place. Les Néerlandais les ont achetés avec enthousiasme par camions et les ont principalement placés ici ... Entre temps, leur retraite dure depuis des années. Les Français viennent ici pour récupérer leur patrimoine.

Quelques convulsions

Pour le gouvernement, des tentatives peu convaincantes ont été faites d’utiliser des moteurs très puissants avec des blocs de voiture (Citroën GS), mais ce BFG à quatre cylindres ne l’était pas. Le MF avec son Visablok n'était pas. Les machines sont considérées comme des espèces exotiques plutôt que comme de véritables classiques. Et entre-temps, les gendarmes français ne font plus que conduire des BMW.


Êtes-vous un passionné de classiques et aimez-vous les articles gratuits? Veuillez considérer un abonnement à Auto Motor Klassiek, le magazine imprimé. Cela atterrira sur votre paillasson chaque mois pour une simple contribution annuelle. Emballé avec du matériel de lecture intéressant, en particulier pour les amateurs de classiques. Assez pour vous tenir à l'écart des rues pendant des jours. Et si cela ne suffit pas, vous contribuez également à l'ensemble de la plateforme pour et par les passionnés de classique. De plus, un tel abonnement présente encore plus d'avantages. Jetez un œil au lien ci-dessus pour plus d'informations.


Cher amant classique

Profitez d'histoires quotidiennes gratuites sur les voitures anciennes dans votre e-mail et inscrivez-vous gratuitement. 


Le MF avec son Visablok n’était pas

Donnez une réponse

L'adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués * *

La taille maximale du fichier de téléchargement : 8 Mo. vous pouvez télécharger : image. Les liens vers YouTube, Facebook, Twitter et d'autres services insérés dans le texte du commentaire seront automatiquement intégrés. Déposer des fichiers ici

MZ BKX NUMX

MZ BKX NUMX

Toyota Starlet

Fiable sur le chemin du statut classique. Toyota Starlet 1.3i Sport